échecs : le coup du berger

échecs : le coup du berger

de lecture

Le mat du berger (également appellé mat du sot ou mat du lion) est le moyen le plus rapide de mettre votre adversaire en échec et mat aux échecs. Cette forme rare d'échec et mat peut se produire lorsque le joueur blanc fait deux erreurs malencontreuses.

Les échecs sont un jeu où l'on apprend à réagir aux coups de son adversaire et à les anticiper. Si vous jouez contre les Noirs, apprendre la bonne réponse lorsque vous repérez ces coups d'ouverture particuliers des Blancs peut vous conduire à la victoire la plus rapide possible aux échecs.

 

Une erreur sur le premier coup

Le mat du fou commence par un premier coup faible du pion blanc de l'aile gauche en f3. Ce coup n'influence que peu le centre de l'échiquier, n'aide pas à développer des pièces et affaiblit la défense du roi sur la diagonale e1-h4. Les Blancs ont déjà renoncé à leur avantage d'ouverture, mais la situation n'est pas encore désespérée - même si elle le sera bientôt si les Blancs font une autre erreur.

erreur premier coup

La réaction des pions noirs

La réponse des Noirs, le pion roi en e5, est une réponse forte. Le coup donne aux Noirs une grande influence au centre de l'échiquier et aide à développer le fou carré noir et la dame, qui vise à tirer profit du roi blanc affaibli en se déplaçant en h4.

Dans la position de départ des échecs, les Blancs ont toujours un léger avantage. Dans cette partie, après un seul coup, les Noirs ont déjà la position supérieure. Les Blancs peuvent développer deux de leurs pièces à cause du coup de pion, mais ils ont perdu la possibilité de déplacer leur Cavalier en f3.

réaction pions noirs

 

L'erreur suivante des pions blancs

Le deuxième coup des Blancs, le pion du Cavalier en g4, est une autre bévue. Ce coup ne parvient pas à améliorer la position des Blancs et affaiblit la diagonale e1-h4, déjà dangereuse.

Même en tenant compte de la réponse gagnante des Noirs, le coup n'a pas beaucoup de sens. Bien qu'il permette techniquement au Fou de l'aile Roi de sortir, ce Fou ne peut toujours pas sortir de derrière ses propres pions. Même s'il se déplace en h3, le pion g4 l'empêche d'entrer dans le reste du champ de bataille.

Si les Blancs avaient reconnu cette première erreur, ils auraient peut-être déplacé le deuxième pion en g3, bloquant ainsi la diagonale e1-h4 et gagnant du temps. Au lieu de cela, avec ce coup des Blancs, les Noirs sont sur le point de faire échec et mat sur le deuxième coup seulement.

erreur pions blancs

Les noirs mettent leur adversaire en échec

Les Noirs terminent la partie en déplaçant leur dame en h4. Les Blancs ne peuvent pas capturer la dame, mettre leur roi à l'abri ou bloquer l'attaque de la dame. En deux coups seulement, les Blancs se retrouvent en échec et mat. Cela illustre à la fois la puissance de la dame et les dangers d'ouvrir des lignes à votre roi au début de la partie.


Les Blancs auraient pu éviter ce désordre, mais au lieu de cela, ils n'ont pas respecté les principes de base de l'ouverture, à savoir le contrôle du centre du plateau et le maintien de la sécurité du roi. Une meilleure approche aurait été que Blanc avance ses pions centraux, ce qui aurait pu aider à contrôler le centre du plateau, permettant à ses chevaliers et à ses fous d'entrer en jeu en toute sécurité. 

Les mouvements des pions dans la phase d'ouverture du jeu sont importants, mais ils doivent servir un but. La compréhension de ces principes vous aidera à éviter de subir l'humiliant coup du berger.

coup du berger

illustrations fournies par Lichess


Recevez nos articles dans votre boite email.